Go to Top

Death in the Land of Encantos

Entremêlant fiction et documentaire, DEATH IN THE LAND OF ENCANTOS suit plusieurs personnages dans les paysages et les villages dévastés de la région de Bicol aux Philippines, au sud de l’île de Luçon, suite au passage du typhon Durian en 2006 : un poète engagé, Benjamin Agusan, revient dans sa région natale, après des années d’exil en Russie, pour y chercher le corps de ses proches et parents. Il y retrouve ses amis d’enfance, les artistes Catalina et Teodoro, mais également les fantômes du passé…

A travers l’histoire de Benjamin Agusan, c’est l’histoire des Philippines que Lav Diaz revisite en faisant du volcan Mayon, majestueux et destructeur, une métaphore de la beauté, du pouvoir, de la vérité, de la mort… DEATH IN THE LAND OF ENCANTOS a reçu une Mention Spéciale au Festival de Venise en 2007, dans la section Orizzonti, et est considéré comme un des films les plus importants et les plus représentatifs du cinéma de Lav Diaz.
On y retrouve ainsi notamment ce qui constitue sa marque de fabrique : le noir et blanc, par souci d’authenticité, de recherche de la vérité, loin de toute tentation exotique. Mais également une certaine conception de l’espace et du temps. Comme il le dit lui-même : « Dans la culture philippine, dans l’Histoire du peuple philippin, nous n’avons pas vraiment la conception du temps, mais plutôt de l’espace. Le Temps est un concept très occidental pour nous. L’Espace, en Asie, se présente comme un archipel infini ; nous sommes gouvernés par la nature plus que par le temps. C’est une vision très spécifique à la culture malaise, dont sont issus les Philippins à l’origine.Il est vrai que ce n’est pas en s’asseyant simplement devant l’écran que le spectateur tirera quelque sentiment de satisfaction immédiate à la vision de mes films. J’ai toujours souhaité que la « digestion » et l’exploration continuent longtemps après la projection. Mes mouvements de caméra sont rares et inébranlables, mes plans sont longs et fixes, pour prendre le temps de révéler les vérités tapies sous la surface et amener le spectateur vers une certaine délivrance –l’inverse de la méthode hollywoodienne. Toute praxis est valide cependant, chacun est libre, même si pour moi, le montage est une manipulation, une négation de la vérité. C’est la position de Bazin par opposition au montage d’Eisenstein. Il en va de même pour l’utilisation du noir et blanc, plus proche pour moi de la démarche de vérité que la couleur, et simultanément plus poétique aussi, tandis que la nature s’impose naturellement comme le plus grand et le plus important acteur du cinéma. Mais ce combat pour la vérité est un éternel recommencement car il faut prendre conscience que nous ne savons rien. »

Au cinéma le 30 décembre 2015.
Retrouvez toutes les séances et événements sur www.facebook.com/encantos.lavdiaz

Fiche technique

Un film de Lav Diaz
Philippines - 2007 - 9H03

Avec Roeder, Angeli Bayani, Perry Dizon

Date de sortie en salles : 30/12/2015
Date de sortie vidéo : printemps 2016