Go to Top

Dissidenz Films présente Dissidenz.Asia

Parce que la diversité n’a pas de frontières, parce que ce qui est lointain peut néanmoins être universel (dès lors qu’on fait un effort de décentrement du regard -comme l’évoquait si justement Lévi-Strauss), parce que l’on n’a jamais fini de découvrir de nouvelles formes et des enjeux autres, parce que l’Asie est ce continent bouillonnant qui présente une multiplicité de cinématographies plus différentes les unes que les autres, Dissidenz Films lance Dissidenz.Asia, une collection de films asiatiques prestigieux et singuliers : des films qui ont été sélectionnés voire récompensés dans les plus grands festivals internationaux et qui méritent tout autant que d’autres d’être accessibles enfin au grand public… même s’ils ne rentrent pas dans les quotas de la “diversité culturelle officielle” ! Quel que soit le support de diffusion (salles, vidéo, vidéo à la demande, TV…), les films de la collection Dissidenz.Asia entendent affirmer, à la fois leur appartenance à un continent représentant près des deux tiers de la population mondiale, leur identité par rapport à un pays et/ou une culture spécifique, et leur singularité par rapport à un regard d’auteur qui, le plus souvent, s’est imposé envers et contre tout/tous, sans rien attendre d’un système peut-être simplement inexistant dans son pays d’origine…

Dès le mois de mai, découvrez une première vague de films en DVD provenant du Japon (25 novembre 1970 : le jour où Mishima choisit son destin de Koji Wakamatsu), de Hong Kong (Une vie simple de Ann Hui) et du Vietnam (Bà Nôi de Khoa Lê).
Puis suivront deux films chinois, dont les mémorables Larmes de Madame Wang de Liu Bingjian et l’oppressant Trap Street de Vivian Qu.
La Corée du Sud ne sera pas en reste, avec à l’automne, Suneung de Shin Su-won (qui sort en salles le 9 avril) ainsi que La Frappe de Yoon Sung-hyun (en salles le 7 mai), film de fin d’études d’une maîtrise stupéfiante réalisé par un jeune réalisateur de 29 ans avec un budget de seulement 50.000 dollars, en attendant le renversant A Cappella (Han Gong-ju) de Lee Sujin (sortie en salles fin 2014), multi-récompensé à Rotterdam, Marrakech et Deauville, respectivement par des jurys présidés par Martin Scorsese et Claire Denis.
Mais la plus monumentale et exceptionnelle des sorties DVD est certainement celle de Death In The Land Of Encantos de Lav Diaz, réalisateur de Norte, The End Of History (récemment présenté au Festival de Cannes à Un Certain Regard l’année dernière). Film de 9 heures, Death In The Land Of Encantos est assurément une vraie claque cinématographique, tant la forme est à la fois radicale, affranchie et simultanément captivante ! A mi-chemin entre la fiction et le documentaire, des cinéastes tels que Lav Diaz nous rappellent que le cinéma est un art libre et que l’espace et le temps sont des notions bien subjectives.

A suivre, donc… Et un grand merci à tous ceux qui nous soutiennent !

, , , , , , , , , , , , , , ,

2 Responses to "Dissidenz Films présente Dissidenz.Asia"

  • devigne
    March 31, 2014 - 2:29 pm Reply

    je désirerez acheter le DVD de :les larmes de madame wang

    • Dissidenz Asia
      April 11, 2014 - 1:25 pm Reply

      Bonjour. Merci pour votre intérêt. N’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter et vous serez prévenue dès la disponibilité du DVD. Vous pouvez aussi, si vous le préferez, vous abonner à la page Facebook de Dissidenz Asia.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>